Thérapie par la peinture : délier et stabiliser les processus internes

La thérapie par la peinture met à disposition diverses techniques de peinture afin de s'immerger dans le monde des couleurs. Ces techniques peuvent, selon les cas, agir sur l'individu en déliant, mais aussi en structurant et en stabilisant des processus internes. Le choix des exercices permet de favoriser l'équilibre physique et psychique, mais a également des répercussions positives sur certaines activités organiques : il permet à l'organisme de se réchauffer-calmer, rythmer-respirer, rafraîchir-structurer. Les couleurs vont en quelques sortes parler directement à nos sentiments, qui vont quant à eux influer sur nos processus corporels (p. ex., le pouls et la respiration), les accélérer ou au contraire les ralentir, les activer ou les détendre.

 

En peinture thérapeutique, notre objectif est de connaître et reconnaître la dynamique d'une maladie. Nous trouvons, ainsi, qu'il est possible de déclencher des stimulations régulatrices et curatives par la couleur, le mouvement et la forme. En utilisant des stimulations thérapeutiques, on s'aperçoit donc que le malade peut, éventuellement, participer activement à sa propre guérison.

 

La technique picturale la plus utilisée est l'aquarelle en employant des couleurs végétales, et en dessinant avec des crayons graphites, au fusain, avec des pastels ou à la cire. Grâce aux différentes techniques, il est possible d'accentuer p.ex., la lumière - la transparence, la phase aqueuse - la mobilité ou la densification - la fixation. Le dessin de formes exerce dans de nombreux mouvements linéaires une interaction entre la force supérieure et une impulsion imaginative ou entre les forces physiques, cérébrales et métaboliques. Le dessin favorise la capacité de perception du monde extérieur. Ce qui est essentiel à nos yeux est le processus de genèse, son effet sur le corps, l'âme et l'esprit et non le produit final.